Le Monument aux Morts Français

Le Monument aux Morts Français Le Monument aux Morts Français fut inauguré le jour de la Pentecôte 1926.
Il est le monument aux enfants de GIVENCHY tombés au champ d’honneur, ainsi qu’aux victimes civiles.
Pour ce jour solennel, la commune avait revêtu sa belle parure, ce n’était que guirlandes, drapeaux, fausses portes, etc ... Un autel avait été dressé près du monument.
L’abbé FLAHAUT, curé de la paroisse, rappela dans son allocution : ils partaient tous au front, ils étaient des frères, et n’avaient qu’un seul coeur, et c’est ainsi qu’ils ont gagné la guerre. Que leur sacrifice nous soit un exemple. Aimons-nous donc en famille, entre citoyen d’un même village, aimons-nous entre français. Puis il donna lecture des noms des victimes.
Monsieur RASSEL, au nom du Comité du Monument, remercia les autorités, la marraine de GIVENCHY qui a si généreusement aidé notre commune : cette femme en pleurs face aux champs de bataille où se déroula tant d’héroïsme où hélas comme à Verdun tant de jeunesse furent fauchés dans sa fleur, parsemant la plaine de ses membres épars, ne semble-t-elle faire la veillée des morts sur les tombes de nos glorieux soldats disparus.
Monsieur BUISNE dans son discours promis que la population de GIVENCHY veillerait toujours avec tendresse sur le monument élevé en souvenir des enfants morts au champ d’honneur.

Le Monument Anglais

Le Monument Anglais Il fût inauguré le 15 mai 1921 par le Maréchal JOFFRE, en ayant à ses côtés notamment la duchesse de SUTHERLAND, le major Général Anglais JEUDI VINE et le LORD-MAIRE de LIVERPOOL.
Il est édifié à la mémoire de la 55ème division du Lancashire.
Une croix de granit bleu domine la plaine, des roses rouges de Lancastre l’entourent. C’est la fleur de grandes douleurs, puisqu’elle rappelle les 3000 morts du Lancashire qui reposent ici et qui portèrent cette fleur symbolique avec cette fière devise : "They win or die who wear the rose of Lancaster" (ils vainquent ou ils meurent ceux qui portèrent la rose du Lancastre).
Comme les nôtres, ils ont accepté de mêler l’aube de leur jeunesse au crépuscule de la mort pour que surgisse enfin l’aurore des temps nouveaux.
Derrière cette croix, un bosquet est présent : chaque arbre fut donné par un ami anglais, planté dans un sol dont l’aspect nous rappelle encore aujourd’hui les tourmentes de la guerre.

Le monument à la mémoire du Lieutenant Hill-Trevor

Le monument à la mémoire du Lieutenant Hill-Trevor Né le 31 Décembre 1985 à l’hôtel PAOLI de Florence en Italie, il est le fils de l’honorable GEORGES EDWYN HILL TREVOR et le petit fils du Baron TREVOR, de Brynkinalt, Chirkn, Pays de Galles du Nord.
L’une de ses aïeuls était Ann Trevor, mère d’Arthur Wellington (vainqueur avec Blücher de la bataille de Waterloo, le 18 Juin 1815).
Il est scolarisé au Wellington Collège et au Collège Militaire Royal de Sandhurst. Il rejoint les Scots Guards en 1914 et est promu Lieutenant en Novembre 1914 étant alors en service avec son bataillon.
Il excellait dans les sports alpins, étaient un très bon tireur, pilote de moto, joueur de golf et escrime, discipline dans laquelle il avait gagné une médaille d’argent au collège de Wellington.
Il fût tué par un éclat d’obus en arrivant à Givenchy le 21 Décembre 1914.
Les traces de sa sépulture furent perdues à cause des aléas de la guerre. Son nom est aussi gravé sur le mémorial du Touret à Richebourg.
Après la guerre, ses parents ont fait ériger un imposant monument à l’endroit présumé de sa mort.

Le monument Tunneler

Le monument Tunneler Une stèle a été installée près du Monument Anglais. Elle est dédié à William Hackett, un tunnelier, qui a péri le 27 juin 1916 à trente-cinq pieds sous terre en faisant le sacrifice de sa vie pour sauver d’autres soldats.
L’écrivain Peter Barton s’est passionné pour le destin de ce sapeur sans peur et sans reproche dont le nom est gravé sur le monument de Ploegtseert. Cet homme est à l’origine de la construction du monument Tunneler.
Lors de l’inauguration, le 19 juin 2010, l’attaché militaire d’Australie, celui de Nouvelle-Zélande, un général anglais en poste à l’OTAN et le consul de Grande-Bretagne à Lille étaient présents pour dévoiler la stèle.